Les lettres de Juliette Breyer à son mari

J’ai eu le bonheur de recevoir un mél de Jackie MANGEART, commissaire de l’exposition de Warmeriville sur la guerre 14-18, me proposant d’utiliser les lettres de Juliette Breyer pour compléter notre blog. Elles s’inscrivent parfaitement dans notre travail de publication au jour le jour de journaux de rémois restés à Reims pendant la guerre. Dans …Voir +

Samedi 13 mars 1915

Bombardement. À midi, je me rends chez mon beau-frère Montier, place Amélie-Doublié. Il a reçu son ordre d’appel pour le 32e d’Infanterie, à Châtelaudren (Côtes-du-Nord) et doit partir demain dimanche. Lorsque j’arrive rue Lesage, qui me paraît absolument déserte, les obus tombent sur les voies du chemin de fer, à hauteur à peu près de …Voir +

Reims 14-18 – Trop heureux pour que cela dure – Mars 1915

11 mars 1915 Bien chère Hortense, comme je te l’annonçais sur mes cartes d’hier, je pensais recevoir aujourd’hui de tes nouvelles, mais malheureusement, je n’ai rien reçu, mais je serai plus favorisé demain je l’espère. Chère chérie, en ce moment, je suis bien tranquille au coin du poêle chez des braves gens qui nous logent …Voir +

Mercredi 10 mars 1915

Toute la nuit canons et bombes de temps en temps. Couché à la cave. Visite à l’Ambulance Sainte-Geneviève, remercié les Sœurs de Saint Vincent de Paul pour distribution de vêtements (1000). Visite au Fourneau économique, rue des Moulins brûlés. Après-midi, visite à l’hospice des Incurables de Saint-Marcoul, avec M. l’Archiprêtre et M. Houlon, Conseiller municipal. …Voir +

Lundi 8 mars 1915

Nuit tranquille, sauf bombes au loin, ou canons. Matinée, bombes toute la journée et toute la nuit du 8 au 9. Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173 Le Cardinal Luçon : une autorité morale rémoise durant la « Grande Guerre » (1842-1930)

Samedi 6 mars 1915

Bombardement. À 10 heures, j’entends dire, à l’hôtel de ville, qu’un obus vient d’éclater rue Bonhomme ; il y aurait eu des blessés. Je m’y rends aussitôt et trouve la rue obstruée en son milieu, par des matériaux, des débris de bois et de zinc provenant de la maison n°6, qui a été touchée parle …Voir +