• Category Archives: Louis Guédet

Vendredi 4 septembre 1914

Abbé Rémi Thinot VENDREDI 4 SEPTEMBRE ; 1 heure après-midi : Une matinée terrible. Je me lève à 4 heures, cueille Poirier et nous allons Boulevard de la Paix voir s’ils arrivent ; personne ! Je vais dire ma messe. A 9 heures -5, un coup de canon, deux coups ; ce sont les ennemis qui marquent leur entrée… d’autres coups,… Lire la suite

Jeudi 3 septembre 2014

Abbé Rémi Thinot 3 SEPTEMBRE : Cette nuit a été d’un calme saisissant. L’autre nuit avait été remplie par le fracas des automobiles et des voitures. Tous les services publics, toutes les administrations « sévacuaient », selon l’expression d’une bonne femme. Dans l’après-midi du mercredi, on avait fait sauter les aiguillages et peut-être des ponts. C’en était donc… Lire la suite

Mercredi 2 septembre 1914

Abbé Rémi Thinot 2 SEPTEMBRE 1914 Il y a 44 ans, c’était le soir de la bataille de Sedan ; nos soldats avaient été admirables, héroïques, et nos chefs, pour la plupart d’une admirable vaillance… mais l’odieuse politique avait tout compromis. Il s’en faut aujourd’hui que nous soyons au soir d’un Sedan ; nos soldats sont admirables,… Lire la suite

Mardi 1er septembre 1914

Louise Dény Pierson 1 septembre 1914 · Rue de Villedommange, située hors de l’agglomération principale, nous ne voyons rien de ce qu’il se passe aux abords nord de la ville. Un matin d’accalmie je pars chercher du lait à la ferme de la Maison-Blanche, comme je le faisais plusieurs fois par semaine. En revenant, et… Lire la suite

Jeudi 27 août 1914

Louis Guédet Jeudi 27 août 1914 9h1/2 soir  Je ne voudrais pas recommencer une journée semblable à celle-ci et aussi déprimante. Tout le monde se sauve, tout le monde fait (dans ses culottes!). A 11h3/4 je trouve la rue Thiers qui était noire de monde, d’émigrants, peuple peu intéressant qu’enfin on évacuait dehors au diable !… Lire la suite

Jeudi 6 août 1914

Louis Guédet Jeudi 6 août 1914 9h1/2 soir  Journée calme !!?? oui calme !? en apparence ! Quand le soleil brillait les hommes passaient ! passaient ! vers la frontière ! Toujours la même obsession ! obsession ! qui vient de me reprendre, de me ressaisir…  de m’agripper ! Libre seulement le soir, je suis allé à la gare pour avoir les heures des… Lire la suite