• Catégorie: Cardinal Luçon

Samedi 5 décembre 1914

Canonnade par les grosses pièces dès le matin. Bombardement l’après-midi. – Le Courrier donne ainsi, le récit suivant paru dans L’Écho de Paris : Les visites de Mgr Luçon Nous lisons dans L’Écho de Paris Il y a cinq ou six jours, le cardinal archevêque de Reims est allé visiter l’ambulance installée au château du …Voir +

Vendredi 4 décembre 1914

Nuit passée dans le calme. Détonations terribles toute la journée. Bombardement après-midi et le soir. – D’une lettre insérée dans Le Courrier de ce jour, sous le titre : Non, Reims n’est pas un nid d’espions, nous extrayons ceci : Je suis surpris que dans votre courageuse campagne contre les écarts de plume de la …Voir +

Jeudi 3 décembre 1914

Nuit très calme, Obus aux extrémités de la cille, sur les batteries vraisemblablement et canonnade toute la journée. – Dans Le Courrier d’aujourd’hui, nous lisons cet article : La censure à Reims. Nos lecteurs eux-mêmes pourront nous rendre cette justice que nous l’avons pas abusé ni même usé, jusqu’ici, du droit de critique que le …Voir +

Mercredi 2 décembre 1914

Entendu, au milieu de la nuit, une très forte détonation qui m’a réveillé en sursaut. Ma première impression a été qu’un « gros calibre » était tombé tout près. N’entendant plus rien et ne sachant quoi penser, je me suis rendormi m’imaginant cette fois que probablement le vent avait fait tomber un mur, dans les ruines d’à …Voir +

Mardi 1 décembre 1914

Dès ce matin, violent bombardement dans le quartier du Barbâtre et rue Gambetta, par volées de quatre, cinq et six gros obus à la fois. Plusieurs maison sont démolies ; la boulangerie Cochain-Courty, rue du Barbâtre 41, touchée sur l’arrière, l’est en partie. – Le soir, vers 7 h 3/4, après être passé aux nouvelles …Voir +

Lundi 30 novembre 1914

Paul Hess Nuit calme. A 7 heures, ce matin, départ à Bezannes de ma femme et des enfants. Par le CBR, ils gagneront Bouleuse et Dormans, pour revenir à Épernay par la ligne de l’Est. Éloignement qui s’est imposé par un impérieux besoin de calme pour toute la petite famille, et surtout devenu nécessaire et …Voir +

Dimanche 29 novembre 1914

Nuit et journée calmes Vu, ces jours-ci, plusieurs enterrements que ce temps d’état de siège et de bombardement rend encore infiniment plus tristes que d’habitude. Quelques rares assistants suivaient les convois ; pour l’un, trois hommes et deux femmes, pour un autre, deux hommes et quatre femmes. Paul Hess dans Reims pendant la guerre de …Voir +

Jeudi 26 novembre 1914

Après une nuit calme, le bombardement a repris brusque et serré vers 8 h, ce matin, tandis que nous étions en route, mon fils Jean et moi pour passer à la criée. Les obus ont tombé tout le temps que nous avons mis pour arriver à l’abri rue du Cloître 10, en passant par la …Voir +

Mercredi 25 novembre 1914

Nuit assez calme. L’Eclaireur de l’Est publie ce jour un avis du général commandant d’armes, indiquant les mesures à prendre chez soi et dans les rues, en raison du nouveau caractère de violence du bombardement. C’est, si l’on veut, une sorte de « manière de s’y prendre », afin de réduire, autant que possible, les risques courus …Voir +

Mardi 24 novembre 1914

La nuit passée a été épouvantable ; le bombardement commencé à 10 h du soir, n’a cessé qu’à 5 h 1/4 ce matin. Les obus arrivaient par rafales de trois, quatre, cinq et six, simultanément. Un gros calibre – probablement 210 – est tombé sur l’hôtel de ville, à l’angle des rues des Consuls et …Voir +

23 novembre 1914

Violent bombardement l’après-midi, de 13 h 1/4 à 14 h 1/2. Je dois retarder mon départ pour le bureau et lorsque je passe rue de Vesle, les obus tombent toujours. Au moment où j’approche de la permanence de la Croix-Rouge, sise au n°18 de cette rue, des pompiers y apportent, sur un brancard, une pauvre …Voir +

Dimanche 22 novembre 1914

Ce matin, vers 8 h 1/4, bombardement extrêmement violent. Les obus arrivent soudain dans le quartier. Ma femme et ma fille Madeleine se trouvent, à cette heure, dans la chapelle de la rue du Couchant : ne pouvant songer à revenir, elles veulent aller se mettre à l’abri des caves de la maison des Œuvres, …Voir +

Samedi 21 novembre 1914

Nuit médiocre. Hier soir, à 10 h 1/2, un obus est revenu éclater rue des Capucins 25 et à 4 h, ce matin, les sifflements recommençaient à se faire entendre. – Des dégâts causés ces jours derniers se constatent autour du musée, rue Chanzy. Au théâtre, un nouveau trou, énorme, a été fait par un …Voir +

Vendredi 20 novembre 1914

Nuit assez calme, Canonnade au loin. Fortes détonations de nos pièces, dans la journée. Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos Vendredi 20 – Nuit tranquille ; quelques coups de canon. Toute la journée, canonnade et bombes, mais non sur la ville. Après-midi, visite à l’Ambulance des Trois-Fontaines – Bombes à …Voir +