• Catégorie: Cardinal Luçon

Samedi 12 juin 1915

Paul Hess Visite à l’hôtel de ville, de M. Jacquier, sous-secrétaire d’État à l’Intérieur, accompagné de MM. Léon Bourgeois, sénateur, Chapron, préfet de la Marne et du directeur de l’Assistance publique au ministère de l’Intérieur. Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos  Léon Bourgeois – Wikipédia Léon Bourgeois est le fils …Voir +

vendred 11 juin 1915

Paul Hess Le Courrier publie l’information suivante : Avis. Les personnes habitant les zones évacuées, qui sont rentrées chez elles par des voies non gardées à certains moments, sont prévenues que rien n’a changé dans la situation de ces zones et que par conséquent elles pourront être obligées de sortir à tout instant, sur injonction …Voir +

Jeudi 10 juin 1915

Paul Hess Avant-hier, 8, dans la matinée, le quartier de la verrerie a été bombardé. Aujourd’hui, 10, bombardement après-midi. Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos  Cardinal Luçon Jeudi 10 – Nuit tranquille. Fusillade fréquente, presque continue. Aéroplane français vers 6h. Journée tranquille. 4 h bombes allemandes. Cardinal Luçon dans son …Voir +

Mercredi 9 juin

Cardinal Luçon Nuit très tranquille ; journée calme. Aéroplanes allemands ; les Français tirent sur eux. Visite au Général de Mondésir, maison Erhard et au Lieutenant-Colonel Colas, maison Mathieu. Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173  Renée Muller 9 – 10 …Voir +

Lundi 7 juin 1915

Paul Hess Comme site, très probablement, aux explications provoquées à la séance du conseil municipal du 4 courant, par une question posée par M. Jallade, concernant le ravitaillement de la population civile, Le Courrier de la Champagne a inséré, aujourd’hui, la communication suivante : Le prix de la vie. La mairie de Reims nous communique …Voir +

Dimanche 6 juin 1915

Cardinal Luçon Nuit tranquille. Visite du Général Pierron de Mondésir (1) et du Lieutenant-Colonel Colas. Procession du Saint-Sacrement à Sainte-Geneviève. Le matin, lecture du Mandement sur le Sacré-Cœur, à la rue du Couchant (Lettre pastorale, n°77) A minuit, visite du Colonel Colas m’informant par ordre du Général de l’attaque qui va avoir lieu, et du …Voir +

Samedi 5 juin 1915

Paul Hess 5-6 juin – Sifflements et explosions le soir du 5, à 19 h 1/2 et le matin du 6, à 9 h. – Dans le courrier du 6 juin, nous lisons le compte-rendu d’une réunion du Conseil municipal qui a eu lieu le vendredi 4 à 15 heures. M. le Dr Langlet, maire, …Voir +

Vendredi 4 juin 1915

Paul Hess A 16:3/4, une explosion soudaine se produit à proximité de l’hôtel de ville. Aucun sifflement n’ayant été entendu, nous supposons, au bureau, qu’un projectile a pu éclater accidentellement aux environs. Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos Cardinal Luçon Vendredi 4 – Nuit tranquille. Bombes vers 4 à 5 …Voir +

Jeudi 3 juin 1915

Paul Hess Des obus sifflent à 10 h 45. Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos Cardinal Luçon Jeudi 3 – Nuit un peu bruyante. Entre minuit et 2 h, gros canons, bombes nombreuses, sifflantes, tombant précipitamment (autrichiennes), mais au loin. Je les ai entendu tomber, éclater en même temps que …Voir +

Mardi 1 juin 1915

Paul Hess Depuis le 26 mai, nous avons entendu chaque jour des sifflements, sauf au cours de la journée du dimanche 30, qui a été calme. Aujourd’hui, des obus sont tombés vers 9 h et, après une accalmie, le bombardement a repris à 11 heures. – Le Courrier de la Champagne, donne ainsi, sans autres …Voir +

Samedi 29 mai 1915

Cardinal Luçon Nuit tranquille ; fusillade intermittente. 4 h matin, gros coups de canon. 4 h 1/2 soir, bombes au loin ; canonnade. Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1http://14-18.documentation-ra.com/wp-admin/post.php?post=560&action=edit918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173   Samedi 29 mai De nouvelles attaques de l’ennemi ont été …Voir +

Vendredi 28 mai 1915

Cardinal Luçon Nuit tranquille, sauf fusillade presque continuelle, ou à intervalles très rapprochés. Visite d’un Lieutenant envoyé par le Colonel Malapert. Lettre du Capitaine de Careur (?). 2 h 1/2 bombes. Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173   Vendredi 28 …Voir +