• Daily Archives: 1 février 2019

Samedi 1er février 1919

Louis Guédet

Samedi 1er février 1919

Jean est venu nous surprendre hier soir et vient ce repartir. Il venait chercher les feuilles de son bachot pour tenter d’entrer à l’École de mathématiques spéciales de Strasbourg, résidence plus agréable pour lui que Homburg dans le Palatinat où son régiment est cantonné. Là du moins il s’occupera utilement et ne vivra pas la vie désœuvrée et déprimante de garnison. Madeleine va lundi à Reims pour tâcher de m’organiser et de trouver un refuge. Robert repart à Bellheim le 6.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Samedi 1 – Visite de Miss Georgia Cerow, Croix Rouge Américaine, annonçant l’arrivée aujourd’hui de 2 camions. Visite de MM. Watrin, Fendler, colonel C… et Aumônier.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 

Une ambulance américaine, Crédit photo : http://centenaire.org


Samedi 1er février

La Conférence interalliée a tenu deux séances, matin et soir. Les échanges de vue ont continué sur la question des colonies allemandes dans le Pacifique et en Afrique, en présence des représentants des Dominions, de M. Henry Simon, ministre français des Colonies, et de M. Salvago Raggi, ancien ambassadeur italien à Paris.
Un arrangement provisoire satisfaisant a été arrêté en ce qui concerne le régime à appliquer aux Colonies allemandes et aux territoires occupés de la Turquie d’Asie.
Dans la séance de l’après-midi, la délégation belge était présente. MM. Euysmans, Vandervelde et van der Heuvel étaient accompagnés de M.Orts, Secrétaire général du ministère belge des Colonies, qui a exposé le point de vue de la Belgique.
Il a été décidé que les représentants militaires des puissances alliées et associées au Conseil supérieur de Guerre de Versailles seraient invités à présenter un rapport sur la distribution la meilleure et la plus pratique des forces nécessaires pour le maintien de l’ordre dans les territoires occupés de l’empire ottoman.
Les huit enquêteurs désignés par la Conférence pour examiner les affaires de Pologne ont entendu les délégués polonais et tchécoslovaques. Ils feront un rapport aux puissances.
Les bolchevistes ont convoqué un congrès général des Soviets pour statuer sur la réunion éventuelle d’une conférence à Prinkipo.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button

Les dernières semaines de la vie de l’abbé Remi Thinot mort au front en mars 1915 près de Suippes (51)

R. Thinot, né à Gueux en 1874, ordonné prêtre en 1899, devenu professeur de chant et « maitre de chapelle » de la cathédrale, a rédigé un journal du 2 septembre 1914 au 14 mars 1915. Il a vécu très activement les débuts de la guerre à Reims, en particulier le bombardement et l’incendie de la cathédrale des 19-20 septembre, en compagnie de son ami Marius Poirier qui était le chef de cave de la maison Pommery et Greno.

En 2017, Gilles Carré, petit-fils d’un autre dirigeant de Pommery, Robert Carré, a confié à l’association ReimsAvant un tapuscrit « Extraits des notes de guerre de l’abbé Remi Thinot », dactylographié vraisemblablement en trois exemplaires chez Pommery après sa mort  ; au vu de son exceptionnelle qualité, le tapuscrit, en l’absence de manuscrit retrouvé, a été alors numérisé par la Bibliothèque Carnegie et converti en Word, avec un index de travail et des renseignements supplémentaires, par Véronique Valette et Thierry Collet.

Voici à lire ci-dessous, chaque semaine jusqu’au 14 mars, la fin du journal d’un prêtre très impliqué dans la paroisse Notre-Dame, dans l’enseignement de la musique (Schola Cantorum) et dans la vie rémoise, qui a choisi, en décembre 14, après trois mois à Reims de dévouement dans le désastre, d’être brancardier volontaire et aumônier au front où il est tué le 16 mars 1915 à 40 ans.
Thinot et Poirier étaient des photographes passionnés. Des prises de vues sont mentionnées dans le journal de Thinot. En 2018, la famille Poirier a fait don à la BM Reims des appareils de Marius Poirier et de ses nombreuses plaques photographiques dont certaines de Thinot. Ce nouveau fonds Poirier est conservé et valorisé à la Bibliothèque Carnegie ; voir en ligne : https://www.bm-reims.fr/patrimoine/acquisitions-precieuses.aspx?_lg=fr-FR et l’album de photos. Une étude de ce tapuscrit de Remi Thinot, très riche en informations de toutes sortes, est en préparation ; il est à relier aux autres sources connues et aux nouvelles approches depuis les années 1980 sur les débuts de la guerre à Reims.

DÉCEMBRE 14 – JANVIER 15 : R. Thinot a déjà pris, début décembre, la décision de devenir aumônier au front ; le 10, il a rencontré à Paris Léon Bourgeois, Président de la Chambre des députés, qui l’aide à obtenir une affectation ; le 13, il rentre à Reims par Dormans et Bouleuse, il décide de garder la barbe « pour faire comme les autres ». Le 29, il reçoit sa nomination et part  » revoir Maman en ma Savoie » à Abondance. De retour, le 15 janvier 1915 il déjeune « avec M. Hubert, qui doit m’emmener, M. le Curé [Maurice Landrieux] et Poirier » ; le soir-même il est à Somme-Suippe…

18 JANVIER – lundi –

Je fais un tour dans les ambulances. Pauvres martyrs ! Que d’horribles plaies !

A l’heure où j’écris, la fusillade est vive ; combien de victimes encore ! C’est horrible, la guerre.. !

Je découvre – il vient vers moi dans la rue – un brave soldat qui veut mettre en ordre sa conscience, reconnaître son enfant, afin d’être prêt à mourir.

Il n’a pas fait encore sa première communion. Je vais le préparer. Brave garçon ! Premiers prémices de mon ministère. D’autres m’arrêtent pour les confesser. Oh ! adorable mission du prêtre !

Les médecins deviennent aimables, très ; je crois que les sympathies s’éveillent…

19 JANVIER -mardi –

Je vois ce matin M. Martin, le médecin principal, homme très bon, très distingué… qui m’expose la difficulté qu’il y a à me laisser suivre mon désir d’aller aux tranchées. A cause des dangers, de l’incommodité… dans les toutes premières, on piétine dans la boue, le sang, les cadavres rejetés sur le parapet lors de l’occupation ou jetés au fond de la tranchée… Pas moyen de dépasser le doigt sans attirer les balles. Les ennemis sont à 25 mètres ; on observe au périscope… J’irai en tous cas jusqu’aux cantonnements, puis au poste de secours.

23 JANVIER – samedi –

Déménagement de toute la formation ; nous allons à Nantivet, le château près de Suippes. Alors, c’est un branle-bas général.

Razzia par tous les soldats de tout ce qu’ils ont pu réunir pour leur installation ; en gens pratiques ils se demandent s’ils retrouveront l’équivalent ailleurs ; alors, autant emporter… 0n n’a rien pillé ! rien démoli, rien volé ! on a … réquisitionné. C’est le mot ; on en use et abuse au-delà de l’expression.

Les aumôniers vont loger à Suippes.

Le sang gêne des officiers est colossal. C’est triste à souligner, mais combien de gens qui auront souffert davantage, bien davantage des Français que des Allemands… ! quand on voit que nos soldats démolissent les toitures, les cloisons, sciant tout ce qui est bois après les instruments agricoles pour faire du feu. Que d’exactions, que d’abus de pouvoir. C’est partout une désolation indescriptible.

24 JANVIER – dimanche –

J’ai fait hier la connaissance de M. Couennon, de Rennes, aumônier du 10ème Corps ; il en veut à mort au 17ème Corps qui, en Septembre, à Suippes, a arraché les croix du cimetière, y compris celles des soldats morts, pour faire du feu…

25 JANVIER – mardi –

De 9 heures du soir, jusque 11 heures, une attaque furieuse. La fureur sauvage des mitrailleuses m’impressionnait profondément. Les canons allemands tonnaient éperdument…

Comme j’ai hâte d’aller aux tranchées ! Eux ne comprennent pas bien, mais moi, je suis sûr que les hommes verront une soutane avec quelque édification.

31 JANVIER – dimanche –

Je prêche messe et vêpres… profonde impression produite sur cet auditoire d’hommes debout, pressés ? attentifs. Oh les âmes sont ouvertes ; il faut faire tomber la grâce à flots ; à nous, jardiniers de ne pas chômer…

En quittant des vêpres, Je croise le convoi d’un caporal ; la brouette est recouverte du drapeau tricolore ; en avant, la croix qui sera plantée sur la tombe, de chaque côté un peloton fusils couchés… L’aumônier annonce « Un tel… mort au Champ d’Honneur » et fait prier… Il neige.

Lire la suite : du 1er au 6 février 1915.

Pour voir une page du tapuscrit original cliquer sur l’image :

Lire l’ensemble du journal de Thinot : version pdf avec notes et index d’après le tapuscrit de Gilles Carré

Si vous voulez, au jour le jour, découvrir sur ce site Reims 14-18, les écrits en parallèle du Cardinal Luçon, de Paul Hess, de Louis Guédet, de Remi Thinot et quelques autres, vous pouvez commencer par cette page. Ensuite passez d’une journée à l’autre en bas de chaque page.

Si vous avez des renseignements complémentaires, des questions ou des suggestions au sujet de ce tapuscrit et de la vie de l’abbé Remi Thinot dans tout son contexte, n’hésitez pas à nous contacter sur ce site (page contact).
JJValette, (31/1/2019)

Share Button