Louis Guédet

Mardi 20 août 1918

1439ème et 1437ème jours de bataille et de bombardement

9h matin  Temps couvert. Pluie lourde cette nuit. Temps orageux cherchant la pluie. Des détonations cette nuit vers Châlons, on aurait cru que c’était des obus envoyés par canon. Ce matin Robert, qui avait tiré 2 lignes de fonds hier ne les a pas retrouvées ce matin, l’une d’elles avait été coupée. Il est allé faire du « raffut » au poste du dépôt d’ici. C’est  certainement l’un de ces soldats qui a fait le coup. Enfin c’est toujours le vol et le pillage. Tout cela (rayé). Été faire un tour jusqu’au redan de la Marne. Celle-ci a encore gagné du terrain vers la Nau. Il n’y a plus que 29 pas qui l’en sépare. Je serais curieux de voir ce que cela fera quand la Marne se jettera dans cette fausse rivière. Il faisait très lourd à marcher.

6h soir  3 lettres auxquelles j’ai vite répondues. Été avec Robert, André et Maurice jusqu’à la Marne pêcher à la ligne. Pas un poisson ne mord, revenu par une chaleur étouffante… Je ne sais réellement que faire. Quelle vie fastidieuse !

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mardi 20 – Indispose; tête enflée. Pas dit messe. Nous délogeons et allons nous installer dans la maison de M. Mea, que me cède M. Compant, rue de l’Ouest.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mardi 20 août

Actions d’artillerie violentes au nord et au sud de l’Avre.
Nous avons fait plus de 400 prisonniers à l’ouest de Roye. Nos troupes ont progressé en combattant jusqu’aux abords de Lassigny.
Entre Oise et Aisne, elles ont rectifié leur front sur une étendue de 15 kilomètres environ, entre le sud de Carlepont et Fontenoy, réalisant une progression moyenne de deux kilomètres.
Nous avons occupé le plateau à l’ouest de Nampcel, atteint le rebord sud du ravin d’Audignicourt et conquis Nouvron-Vingré. Plus de 2200 prisonniers sont demeurés entre nos mains.
Les Anglais ont brisé des contre-attaques ennemies entre Outtersteene et Meteren.
Ils ont fait des prisonniers dans le secteur d’Ayette, ainsi qu’au sud de la Scarpe, où leurs patrouilles ont fait irruption dans les tranchées de l’ennemi, et pénétré assez avant dans ses positions. Au nord de la Scarpe, ils ont repoussé un coup de main.
Ils ont progressé dans le secteur de Merville, en dépit de la résistance des mitrailleuses ennemies. Ils ont fait de 40 à 50 prisonniers et capturé des mitrailleuses.
Les Japonais ont décidé de marcher par la Mandchourie du nord vers la Transbaïkalie.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button