Louis Guédet

Lundi 19 août 1918

1438ème et 1436ème jours de bataille et de bombardement

4h soir  Beau temps lourd, mais du vent. Courrier assez volumineux. Lettre de Jean qui nous envoie une patte d’épaule d’un officier d’artillerie allemande du 35e prise dans son avance. Ils sont arrêtés devant Roye, avancés de 25 kilomètres en 3 jours. Sa Division à elle seule a fait 1 900 prisonniers, dont 61 officiers, 88 canons, 300 mitrailleuses. Ils vont avoir la fourragère jaune. Ce matin est arrivé Parant notre ancien garde-chasse de Nauroy, lieutenant au 2e d’Infanterie, Légion d’Honneur, Croix de Guerre avec palmes, et 4 étoiles… Ils arrivent en congé à Nuisement-sur-Coole où sont sa femme et ses enfants venus de Granville et venait nous apporter des souvenirs des Paul Bataille. Il doit rester à l’arrière maintenant comme père de 4 enfants. Il a déjeuné avec nous. Que deviendra-t-il après la Guerre ? Que fera-t-il ? Il ne peut rester à l’Armée ! Alors !? Combien qui seront dans son cas ! Pourvu que cela ne fasse pas des déclassés ! Lui est assez positif et je crois qu’il se rendra compte de cela ! et s’en gérera.

Repris mon retard d’arrache-pied. J’en ai encore. Fait mon rapport au Procureur de la République pour obtenir la mise en congé de Rayer pour reprendre son Étude de Tours-sur-Marne et la gérance de l’Étude d’Hautvillers.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Lundi 19 – Arrivée à Ay. Visite du Général Berthelot et d’un Capitaine. Indisposition par suite de morsures de punaises, la nuit.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 

Lundi 19 août

Nos troupes ont progressé en combattant au nord et au sud de l’Avre. Elles ont enlevé les tranchées du camp de César, dans la région à l’ouest de Roye.
Au sud de la rivière, nous avons poussé nos lignes jusqu’aux abords de Beuvraignes.
Le chiffre de nos prisonniers faits en vingt-quatre heures au sud et au nord de l’Avre, dépasse un millier. Nous avons capturé, en outre, de nombreuses mitrailleuses et un important matériel.
Plus au sud, notre infanterie s’est emparée de Canny-sur-Matz.
Au nord de l’Aisne, une opération locale nous a permis, dans la région d’Autrèches, d’enlever les positions ennemies sur un front de 5 kilomètres et une profondeur de 1500 mètres. 240 prisonniers sont restés entre nos mains.
Les Anglais ont amélioré leur ligne au nord de Proyart et au sud de Bucquoy. Ils ont progressé d’un mille au nord de Lihons, en capturant des hommes et des mitrailleuses. Ils ont repoussé une attaque dans la région du Scherpenberg et un raid aux environs de Locre.
Des aviateurs alliés ont attaqué Darmstad en y causant des dégâts considérables.
Les aviateurs anglais ont bombardé les aérodromes ennemis de Haubourdin et de Lomme.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button