Louis Guédet

Samedi 6 juillet 1918

1394ème et 1392ème jours de bataille et de bombardement

6h soir  Temps très beau, chaud, toujours avec vent du Nord-est. Courrier chargé, je n’ai pas cessé d’écrire des lettres depuis la venue du facteur. Je finis à l’instant. Rien de saillant, et comme souvent lettres de gens qui ne se rendent pas compte de la situation actuelle faite aux affaires.

Lettre de Robert qui attend sa nomination incessamment et son rang pour faire son choix. Il désire soit les tracteurs d’artillerie légère, soit les 75 où il était, soit l’artillerie lourde à cheval.

Lettre de Jean écrite durant un exercice de masques qu’il devait conserver une heure durant. Il s’attend à l’offensive allemande.

Rien d’autre de saillant n’étant pas sorti. André nous dit qu’il a vu quantité d’avions qu’on fait partir de la Montagne de Reims, Mourmelon, Somme-Suippe et même Ste Menehould. Sur tout ce secteur on y accumule une quantité énorme de troupes. Est-ce nous qui allons réellement attaquer ? Pourvu que nous n’en recevions pas les éclaboussures.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils


Cardinal Luçon

Samedi 6 – Visite de M. Mennessier, lieutenant, apportant le Bulletin Pastoral, 45 numéros à expédier. Officiers italiens nous photographient. Retour de Mgr Neveux

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Samedi 6 juillet

Au nord de Montdidier, entre Montdidier et l’Oise, et sur la rive droite de la Meuse, nous avons exécuté plusieurs coups de main et ramené des prisonniers.
Entre Oise et Aisne, nos troupes ont attaqué les lignes ennemies à l’ouest d’Autrèches, sur un front de 2 kilomètres et réalisé une avance de 800 mètres environ. Une nouvelle attaque, déclenchée au moment où l’ennemi se préparait à contre-attaquer, nous a permis de gagner du terrain. Notre avance totale, qui s’étend sur un front de 5 kilomètres, a atteint 1200 mètres en profondeur sur certains points. Le chiffre des prisonniers valides faits au cours de ces actions, est de 1066 dont 18 officiers; un seul de nos bataillons a fait plus de 300 prisonniers.
Les Anglais ont exécuté une opération heureuse entre Villers-Bretonneux et la Somme. Ils se sont emparés des bois de Vaires et de Hamel ainsi que du village de Hamel.
Les troupes australiennes opéraient en même temps à l’est de Ville-sur-Ancre et gagnaient 500 mètres sur un front de 1500. Nos alliés ont capturé en tout plus de 1000 prisonniers. Ils ont rapporté aussi du matériel de guerre. Ils ont abattu 6 avions ennemis et jeté 16 tonnes de bombes sur les voies ferrées de Flandre.
Les Italiens ont fait 216 prisonniers nouveaux, tandis que nos effectifs progressaient sur le plateau d’Asiago.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button