Louis Guédet

Vendredi 5 avril 1918
1302ème et 1300ème jours de bataille et de bombardement

10h matin  Beau temps. Je pense aller demain à Châlons pour voir pour André. Le collège St Etienne ne rouvrant pas pour le moment à cause des bombardements de la ville. Je vais tâcher de trouver une combinaison pour lui à Châlons afin qu’il termine son année scolaire de 2de C. Sinon je me retournerais sur Vitry-le-François. Il peut très bien aller dans ces 2 villes du matin au soir. Vitry serait plus commode à cause des trains qui sont à 6h50 à Songy aller et 4h48 Vitry retour. Tandis que pour Châlons ce serait à 6h18 Vitry-la-Ville l’aller et 3h41 le retour de Châlons. Vitry serait plus pratique et lui donnerait plus de temps.

Enfin je vais voir demain, j’en profiterai pour faire quelques courses. Ce sera ma première sortie depuis mon exode de Reims ! Toujours peu de sommeil et des cauchemars.

5h1/2 soir  Peu de lettres. Eté faire un tour dans la plaine avec Maurice et André. Revenu fatigué. Vu beaucoup de perdreaux qui s’apparient. Quelques lièvres, mais tout cela ne me tente plus, m’attriste plutôt ! Bref je m’affaiblis de plus en plus, je suis si las ! Et puis rien, que des remords et des souffrances et des soucis en perspective.

7h  Je vais demain à Châlons par le train de 6h18 pour voir pour André, ses classes.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Vendredi 5 – Pas dit messe. Visite du P. Lacroix. Expédié lettre à Rome, pour notifier mon évacuation de Reims. Visite de Mme d’Imécourt qui m’apprend la mort de Madame de Montagnac. Visite de M. le Curé de St-Sulpice de M. le Cure de Saint-Leu ; du Vicomte Paul de Chabot.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Vendredi 5 avril

Après une violente lutte d’artillerie, les Allemands, avec des effectifs énormes ont procédé à une attaque au nord de Montdidier. Après avoir été dix fois repoussés en subissant des pertes sanglantes, ils ont réussi à s’emparer des villages de Mailly-Rainceval et de Morisel. Nous avons occupé les hauteurs avoisinantes. A Grivesnes, 1’ennemi a dû reculer : la localité reste entre nos mains et au cours d’une contre-attaque, nous avons même gagné du terrain.

Au nord-ouest de Reims, en Champagne, et sur la rive gauche de la Meuse, nos troupes ont pénétré en plusieurs points dans les tranchées ennemies. Elles ont ramené une trentaine de prisonniers et deux mitrailleuses.
Des coups de main ennemis à l’est de Reims, au bois d’Avocourt, et au nord de Saint-Dié, sont restés sans succès.
Les Anglais ont enlevé un poste de mitrailleurs allemands près d’Hébuterne, en prenant la mitrailleuse. Ils ont fait des prisonniers dans d’autres secteurs.
Activité d’artillerie et de patrouilles sur le front italien.
Des détachements arméniens ont repris Erzeroum, que les Turcs avaient occupé après l’évacuation par les Russes.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button