Louis Guédet

Mercredi 3 avril 1918
1300ème et 1298ème jours de bataille et de bombardement

5h soir  Beau temps. Quelques bombes sur Châlons cette nuit vers 11h du soir. Peu de courrier. Pas de nouvelles de Jean et il y a 10 jours qu’il est retourné. Lettre de Charles Heidsieck, toujours fort aimable. Répondu à tout, même à mon courrier de retard d’hier. Eté à Songy porter mon courrier et faire quelques envois de fonds et en toucher. J’avais 22 lettres à mettre à la Poste. Rien appris en route, rentré ici fatigué. Voilà toute ma journée. Les nouvelles du front de bataille ne sont pas mauvaises. Pas de nouvelles de Robert non plus ! Je suis toujours bien las et découragé. Je ne vois aucune issue favorable à ma triste situation, à ma triste existence… Toujours travailler, se dévouer, se sacrifier en pure perte, inutilement ! Quelle existence !

6h  Il paraitrait que le Commandant Pasquier du 44e Bataillon de Chasseurs à pied qui a cantonné chez nous il y a 15 jours environ aurait été tué dans la Somme, ainsi qu’un de ses sous-lieutenants nommé Rousselle (le Général Pasquier décèdera en 1951, il assurera le commandement du Bataillon jusqu’à sa dissolution après la fin de la Guerre, le sous-lieutenant tué est Georges Coisel)! Quand il nous avait quittés, il n’était pas gai, pas plus que ses Chasseurs !

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils


Cardinal Luçon

Mercredi 3 – Malade, pas dit messe. Visite de Soeur Geneviève de St-Vincent de Paul de Reims, avec sa sœur, Mme Jarieu de la Granière ; de Soeur Thérèse. Lettre du Général d’Esperey. Lettre de remerciement à Mgr l’Evêque d’Angers qui m’avait offert l’hospitalité.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Share Button