Louis Guédet

Samedi 12 janvier 1918

1219ème et 1217ème jours de bataille et de bombardement

6h1/2 soir  Temps doux, neige en ce moment. Écrit lettres sur lettres. Je suis exténué et abruti. Ce sont les travaux forcés ! Rien de saillant. Visite au Cardinal Luçon, Mgr Neveux, Abbé Lecomte, M. le Chanoine Compas qui m’a embrassé. Bref tous paraissent enchantés. Rentré chez moi travailler. Voilà ma journée, bonnes nouvelles de ma femme et de Robert, qui a vu Jean parait-il. Demain je déjeune au Cercle, invité par Lelarge, qui est réellement charmant pour moi.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Samedi 12 janvier

En Argonne, vers les Courtes-Chausses et dans les Vosges (région de Blemerey) nos détachements ont fait des incursions dans les lignes ennemies et ramené des prisonniers.
La lutte d’artillerie a été assez vive par moments vers la région de Beaumont et de Bezonvaux.
Deux avions allemands ont été abattus en combat aérien.
Un régiment de Londres et un régiment de fusiliers ont attaqué sur trois points les tranchées allemandes au sud-est d’Ypres. Ils ont fait subir de nombreuses pertes aux occupants et ramené des prisonniers et des mitrailleuses.
Activité de l’artillerie ennemie au cours de la journée au sud de Bullecourt, à l’ouest de Lens et à l’est d’Ypres.
Grande activité aérienne. Nos alliés ont fait des réglages et pris de nombreux clichés. Des bombes ont été jetées sur les cantonnements et baraquements ennemis. Les pilotes anglais, opérant à faible hauteur, ont attaqué à plusieurs reprises à la mitrailleuse les troupes allemandes dans leurs tranchées.
Quatre appareils ennemis ont été abattus et deux autres contraints d’atterrir, désemparés. Trois avions anglais ne sont pas rentrés.
En Mésopotamie, le terrain est inondé.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


 

Share Button