Louis Guédet

Dimanche 6 janvier 1918

1213ème et 1211ème jours de bataille et de bombardement

10h matin  Triste Épiphanie. Froid terrible, tout gèle ici à St Martin dans les maisons. Messe à 9h, on y gelait. Peu de monde. Prières publiques pour la Victoire et la Paix avec St Sacrement. Il serait grand temps que cela finisse. (Rayé).

6h1/4 soir  Vient un sous-lieutenant, Haon, du 91ème, fiancé à une demoiselle Crombée, dont le père est boucher à Reims, place St Thimothée. Il est très gentil et bien, ses parents s’occupent de lotissement de terrains dans les environs de Paris. Comme moi il croit que les allemands ne pourront pas faire la grande attaque générale que l’on craint. Il les croit plus usés qu’on ne le suppose.

Reconduit avec sa mère André jusqu’à l’autre extrémité de Cheppes, il prend le train de 5h40 pour être à Châlons vers 6h du soir. Rentré ici à la nuit serrée. Très difficile à marcher à cause du verglas. Mais le vent est tourné au sud et je crois que c’est le dégel. Tant mieux car le froid était réellement trop rigoureux… Rien d’autre de saillant.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Dimanche 6 – – 8°. Nuit tranquille. Visite de Mme la Princesse de Polignac et de son frère le Comte de Polignac.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Dimanche 6 janvier

Activité marquée des deux artilleries dans la région au sud de Corbeny et sur la rive gauche de la Meuse, au bois d’Avocourt.
En Champagne, un de nos détachements a pénétré au nord de la Main-de-Massiges dans les tranchées allemandes où il a opéré de nombreuses destructions.
Au nord de Saint-Mihiel, un détachement ennemi qui tentait d’enlever un de nos postes a subi sous nos feux des pertes sensibles sans obtenir de résultat.
Une autre tentative ennemie dans la région de Flirey a également échoué. Des prisonniers sont restés entre nos mains.
Cinq avions allemands ont été abattus au cours de combats avec nos pilotes.
Sur le front britannique, une tentative de coup de main a échoué vers Hollebeke sans occasionner de pertes à nos alliés.
Un détachement allemand a réussi à s’emparer d’un poste anglais à l’est de Zonnebeke. Quelques hommes ont disparu.
Canonnade au front italien sur le plateau d’Asiago. Les avions autrichiens ont bombardé Mestre et Bassano.
Mr Lloyd George a prononcé à Londres un important discours où il a traité en détail des buts de guerre des alliés.
Le gouvernement allemand déclare que les conférences de Brest-Litowsk sont interrompues.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


 

Share Button