Cardinal Luçon

Dimanche 30 – 4°. Nuit tranquille ; lourde canonnade au loin. Bombes (samedi ou dimanche) à gaz asphyxiants rue du Jard.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173


Dimanche 30 décembre

Lutte d’artillerie moyenne sur la plus grande partie du front, assez vive dans la région de Beaumont, (rive droite de la Meuse).
Pas d’action d’infanterie.
Nos avions ont bombardé les gares de Mézières-les-Metz et de Thionville, ainsi que, les établissements ennemis dans la région de Vouziers et de Rethel.
Sur le front belge, canonnade peu intense.
Nos alliés ont bombardé les organisations ennemies des régions de Tervaete, Dixmude et Kippe, en représailles de tirs effectués sur leurs tranchées de premières lignes.
Activité de l’artillerie britannique sur un certain nombre de points au sud de la route d’Arras à Cambrai et dans la région de Lens. Recrudescence d’activité de l’artillerie ennemie dans le secteur d’Ypres, notamment sur le bois du Polygone, Passchendaele et Langemark.
Les aviateurs britanniques ont jeté 240 bombes sur quatre champs d’aviation allemands dans la région de Roulers et sur des cantonnements au sud de Lille. Ils ont, en outre, bombardé plusieurs trains.
Trois contre-torpilleurs anglais ont été torpillés ou ont coulé sur des mines au large de la côte hollandaise. Il y a 180 victimes. Des escadrilles aériennes allemandes et autrichiennes ont bombardé Trévise et Padoue. Dans cette dernière ville, les victimes sont assez nombreuses.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

 

Share Button