Louis Guédet

Mardi 16 octobre 1917

1131ème et 1129ème jours de bataille et de bombardement

9h soir  Beau temps. Le calme absolu. Ai eu froid la nuit. Abattu mon courrier le matin dès 6h du matin. Rangé, classé. Été Poste 10h, vu Beauvais, repris langue sur tous les événements rémois. Il parait que vendredi dernier il s’est fallu de peu que des Ministres viennent pour décorer divers, j’aurais été du lot dit Beauvais. Préparé mon voyage à Paris, du 23 au 26 inclus. A 2h, réquisitions militaires avec Bertaux, huissier, comme intendant militaire. Été Ville voir Langlet, de Bruignac, Raïssac pour causer de mon affaire de justice de Paix. Tous me soutenant, je n’ai donc qu’à refuser après avoir vu Herbaux. De Bruignac m’apprend que (rayé) serait proposé pour être officier de la Légion d’Honneur !!! Pourquoi ? Pour avoir fui de Reims comme un froussard qu’il est, et avoir fait tout ce qu’il a pu pour ennuyer les Rémois, et faire de l’obstruction à la Ville ! Bruignac était aussi scandalisé que moi. En tous cas il pourra attendre nos félicitations et congratulations !

Les 3 pages suivantes ont été supprimées.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Cardinal Luçon

Mardi 16 – + 3°. Nuit tranquille. Beau temps. A 5 h, Combat : où ? d’une demi-heure environ. Visite du Commandant Mermod, de Martignat-Oyonax: de l’abbé Bellenay.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

source : Patrick Nerisson

Share Button