Paul Hess

3 septembre 1917 – Canonnade sérieuse de nos pièces, toute la journée. Riposte boche.

— Le prix de la farine est de 45 F. le quintal depuis avril.

Actuellement, dix boulangers continuent toujours à faire du pain ; ce sont :

Adnet, rue Dieu-Lumière, Eugène, place Luton , Ast, place d’Erlon, Lefevre, rue du Barbâtre 97, Clogne, rue Gambetta 100, Lejeune, rue de Strasbourg, Cochain, rue du Barbâtre 41, Schick, rue du Barbâtre 63, d’Hesse, rue de Tambour, Ulmer, rue Gambette 14.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Lundi 3 – Nuit tranquille. Beau temps. A4 h. soir 18°. Visite au Général Nudant(1) à Gueux. Prière au Cimetière des soldats. Visite de l’Aumônier de la 58e Division, du Commandant Costa de Beauregard. Retenu M. Lacourt à dîner. Visite de M. l’Abbé Vidal, aumônier de la 124e division Secteur Postal 38, compatriote de M. Devromons. Leur division a perdu 2 000 hommes. au Mont Teton en mai 1917. On estime qu’il a eu 400 tués(2). Il est à Tours-sur-Marne dont la population est bien fidèle aux réunions de l’église.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173
(1) A commandé un corps d’armée à Verdun en 1916. En 1919 il représentera la France auprès du Commandement allemand.
(2) Le calcul est statistiquement exact car on considère que dans le décompte des pertes il y a 4 blessés pour 1 mort, donc 400 morts pour 2000 pertes.


Lundi 3 septembre

Sur le front de l’Aisne, l’activité des deux artilleries s’est maintenue très vive. Des tentatives de coups de main sur nos postes de la région de Cerny ont échoué. Au nord-ouest d’Hurtebise, les Allemands ont contre-attaqué de nouveau les positions que nous avons conquises dans la soirée du 31 août. Nos feux, dirigés avec précision, ont complètement brisé l’attaque, qui n’a pu aborder nos lignes.
Sur la rive gauche de la Meuse, action d’artillerie intermittente au nord de la cote 304. Sur les Hauts-de-Meuse, nous avons arrêté à deux reprises des coups de main ennemis.
Deux avions allemands ont été abattus par le tir de notre artillerie antiaérienne. Le premier était à 2000 mètres; le second à 5000.
Les Allemands ont dirigé une violente attaque à la grenade contre les postes avancés britanniques, au sud-ouest d’Avrincourt. Nos alliés durent d’abord évacuer les postes, puis ils les reprirent au prix de pertes légères.
Des aviateurs navals britanniques ont bombardé l’aérodrome de Ghistelles. Ils ont aussi provoqué des explosions sur une voie ferrée adjacente à la ligne Ostende-Thourout.
Les Italiens ont repoussé une série d’attaques autrichiennes sur le San Gabriele.
Les Russo-Roumains ont brisé toutes les offensives de Mackensen en Moldavie. Les Allemands ont progressé sur le front de Riga.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

 

Share Button