Paul Hess

1er août 1957 – Bombardement, vers 13 h 1/2.

Reprise, à 18 h 1/2, sur le centre de la ville. M. Guemier, con­seiller municipal, est blessé, place des Marchés.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

La place des marchés, actuelle place du Forum


Cardinal Luçon

Mercredi 1er – + 15° à peine. Nuit tranquille. Expédié lettre au Vatican avec Note réfutant la lettre allemande. Tout à coup obus autrichiens (sur batteries). Visite du Major de la Place, le Colonel qui m’avait demandé la permission de revenir souvent. Le Capitaine qui l’accompagnait prend une photographie, c’est un ami de M.de Marcillac, secrétaire à l’Archevêché de Tours. Après-midi, bombes fréquentes sur la ville (1er mai). Visite du Major de la Place, très bienveillant. Visite et prédication au Salut du 3e bataillon du 174e(1), Aumônier M. Brousse, à Tinqueux. Pendant le dîner avec les officiers, vers 8 h. 30, bombardements de points très voisins : tout danse sur la table. Rentré à 9 h. 30. Nuit bruyante et sifflante jusqu’après minuit.

(1) Il existait en 1914 173 régiments d’Infanterie. Le 174e est le premier des régiments éphémères créés au cours de la guerre
Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mercredi 1 août

Après avoir opéré le passage du canal de l’Yser, nos troupes ont attaqué, en liaison à leur droite avec les armées anglaises.
La préparation d’artillerie avait nivelé les organisations allemandes et fait éprouver de lourdes pertes aux défenseurs. Nos troupes ont enlevé les deux positions de l’ennemi et dépassé spontanément l’objectif qui leur avait été assigné. Elles ont progressé sur la route de Lizerne à Dixmude, enlevé le village de Bixchoote et le cabaret Kortekert. Nos pertes sont des plus minimes. Nous avons pris un important matériel et fait des prisonniers. Le sol est jonché de cadavres allemands.
Sur l’Aisne, canonnade très violente. Une brillante opération a été faite par nous au sud de la Royère. Les objectifs fixés ont été dépassés. 210 prisonniers ont été capturés. Une contre-attaque ennemie à l’ouest de l’épine de Chevregny a été repoussée.
Une autre attaque ennemie a eu lieu à l’est de Cerny, sur une largeur de 1500 mètres. Elle a été refoulée tandis que nous progressions sur tout le front.
Les Anglais ont avancé sur un front de plus de 24 kilomètres, entre la Basse-Ville, sur la Lys, et Steenstraete, sur l’Yser. Leur avance, sur beaucoup de points, atteint 3 kilomètres en profondeur. Plusieurs villages ont été enlevés. 3500 prisonniers ont été dénombrés.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button