Cardinal Luçon

Lundi 18 – + 3°. Nuit tranquille à Reims. Mitrailleuses au loin. Messe à l’Espérance et allocution ou causerie au salon. A 1 h., canonnade violente, intense de l’artillerie française. A 1 h. 45, bombes sifflantes allemandes. Terrible duel d’artillerie entre batteries adverses jusqu’après minuit, sans interruption ; violent surtout de 8 h. à 12 h.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 

Lundi 18 décembre

Sur la rive droite de la Meuse, l’artillerie ennemie, contrebattue par la nôtre, a bombardé nos nouvelles lignes de Vacherauville à Bezonvaux et notamment le secteur de la ferme des Chambrettes. Canonnade intermittente sur le reste du front.

Les Anglais ont exécuté au cours de la nuit dernière un coup de main contre les tranchées ennemies dans la région de Ransart. Des grenades ont été lancées dans les abris et l’ennemi a subi des pertes. Un second raid a permis à nos alliés de détruire un emplacement de mitrailleuses au sud-ouest de Wytschaete. Les Allemands ont fait jouer un camouflet à l’est d’Ypres.

Canonnade sur le front italien.

Des attaques austro-allemandes ont été repoussées sur le front russe de Volhynie.

Violents combats près de Buzeu, en Roumanie. Les Russo-Roumains, ont reculé en Dobroudja.

Le cabinet autrichien est formé sous la présidence de M. de Spitzmuller.

Le comte Bernstorf, ambassadeur aux Etats-Unis, reconnaît que l’Allemagne n’a offert aucune condition de paix.

Source : La guerre au jour le jour

wytschaete

Share Button