Cardinal Luçon

Lundi 20 – Nuit tranquille. A midi + 10°. Matinée silencieuse. Visite de M. Guiller*, de Laval. Aumônier du 403e. Visite à Pouvroir ; 14 rue Cazin et aux deux Tertiaires Carmélites. Journée silencieuse. Visite de M. Trilher*, aumônier militaire, et de M. l’abbé Guiller, de Laval.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173
* Voir sous l’article les commentaires de Thierry Collet

903_001


 

Lundi 20 novembre

Bombardement violent du fort et de la région de Douaumont. Sur le front belge, vive lutte à coups de bombes dans la région de Steenstraete et de Boesinghe. L’activité d’artillerie se ralentit. Les troupes britanniques ont porté à 750 depuis deux jours le total de leurs prisonniers sur l’Ancre. Les Italiens ont repoussé une série d’attaques autrichiennes très violentes dans plusieurs secteurs du front du Trentin. Les Roumains ont brisé une attaque dans la vallée de la Prahova. Dans la région de Dragoslavele, ils ont continué à avancer en faisant 4 officiers et 80 soldats prisonniers et en capturant 3 canons. Les combats continuent avec violence dans les vallées de l’Olt, du Jiul et du Gilort. Feu ralenti d’artillerie et d’infanterie sur le Danube et en Dobroudja. Sur le front d’Orient, les troupes alliées sont entrées dans Monastir, qui avait été préalablement évacuée par les Germano-Bulgares. Le chemin de fer de la presqu’île mourmane a été inauguré. Il doit faciliter l’approvisionnement de la Russie en munitions. La Hollande a protesté à Berlin contre les déportations belges.

Source : La guerre au jour le jour

Share Button