Cardinal Luçon

Mardi 5 – Nuit tranquille. Projections toute la nuit comme les autres nuits. Pluie torrentielle toute la nuit. Visite de M. Abelé, écrivant à M. Groussou.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 

Mardi 5 septembre

La bataille s’est développée sur les deux rives de la Somme avec un extrême acharnement. Au nord, nous avons progressé à l’est du Forest et occupé la croupe à l’ouest des bois Marrières. De violentes contre-attaques allemandes ont été brisées par nos feux de mitrailleuses qui ont infligé à l’ennemi de très lourdes pertes. Tout le terrain conquis a été gardé. Le chiffre de nos prisonniers, dans les deux journées monte, de ce côté, à 2500. Nous avons capturé encore 10 mitrailleuses.
Au sud, nous avons attaqué sur 20 kilomètres, de Barleux jusqu’au sud de Chaulnes. Partout nous avons atteint les objectifs fixés. Nous sommes aux abords de Berry et aux lisières nord de Deniécourt. Sur notre droite, nous avons enlevé Soyécourt. Plus loin, de Vermandovillers à Chilly, notre infanterie, sur 4 kilomètres, a emporté le front allemand. Chilly est à nous; Vermandovillers nous apartient en partie. Nous avons fait 2700 prisonniers valides.
Les Anglais ont progressé entre Somme et Aisne, enlevant les défenses ennemies sur 3 kilomètres de front, et 800 mètres de profondeur, y compris le village de Guillemont.
Les troupes britanniques ont pris Dar-es-Salaam, capitale de l’Est-Africain allemand.
Les Russes ont fait 2700 prisonniers sur la Zlota-Lipa, en Galicie.
On confirme l’entrée des Roumains dans Sibiu (Hermannstadt) en Transylvanie.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


Deniécourt

Share Button