Cardinal Luçon

Lundi 5 – Nuit tranquille. + 11°. A 9 h. 10, rafale brusque de 4 ou 5 bombes sifflantes. Visite au Fourneau Économique de S. Remi. Visite à l’ambulance de Martin… et à M. le Curé de Ste-Clotilde. 6 h. bombes sif­flantes au loin.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

943_001


 

Lundi 5 juin

En Argonne, une tentative de l’ennemi sur un de nos petits postes aux Courtes-Chausses a été repoussée.
Sur la rive gauche de la Meuse, l’activité de l’artillerie est devenue intense dans la région de la cote 304. Des préparatifs d’attaque, signalés dans les tranchées allemandes, ont été enrayés par nos tirs de barrage.
Sur la rive droite, l’ennemi a tenté à plusieurs reprises de tourner le fort de Vaux par le sud-est. Une puissante attaque, déclenchée dans le ravin, entre Damloup et le fort avait réussi à prendre pied dans nos tranchées. Une contre-attaque immédiate en a complètement délogé l’ennemi. Une seconde attaque allemande a échoué sous nos feux d’artillerie.
Une autre attaque, menée sur les pentes du bois Fumin, au-dessus de l’étang de Vaux a été arrêtée par nos mitrailleuses.
Les tirs de notre artillerie lourde ont fortement endommagé trois batteries allemandes dans le bois de Caurières. Nous avons dispersé des rassemblements dans le bois de la Caillette.
Des taubes ont bombardé Toul : 6 personnes ont été tuées ; 10 blessées. L’un des avions a été abattu dans nos lignes à Sauzey ; deux autres sont descendus brusquement dans les lignes allemandes.
Les Russes ont infligé un échec aux Turcs en Arménie.
Les Italiens ont fait subir de grosses pertes aux Autrichiens dans le Trentin.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button