Cardinal Luçon

Lundi 12 – Nuit tranquille ; + 10°. Visite et Confirmation à Mareuil-sous-Ay. Le Général d’Urbal se trouvait là. Dîner chez Mme la Comtesse de Montebello. Mgr Neveux confirme à Avenay.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

352_001


Lundi 12 juin

Entre Oise et Aisne, notre artillerie a détruit un ouvrage ennemi dans la région du bois Saint-Mard.
En Argonne, lutte de mines à notre avantage à la Haute-Chevauchée; par un camouflet, nous détruisons les travaux souterrains de l’ennemi. L’explosion de deux mines allemandes a provoqué un seul entonnoir de 80 mètres de diamètre, dont nous avons occupé les bords sur trois côtés.
Sur le front nord de Verdun, bombardement sur les deux rives de la Meuse. Deux coups de main dirigés par l’ennemi, l’un sur nos positions de la cote 304, l’autre à l’est de cette cote, ont complètement échoué. Sur la rive droite, pas d’action d’infanterie.
En forêt d’Apremont, nous rejetons deux petits détachements ennemis qui avaient pénétré dans nos tranchées.
Dans les Vosges, à la suite d’un violent bombardement, les Allemands avaient abordé nos tranchées au sud du col de Sainte-Marie. Ils ont été repoussés par une contre-attaque immédiate.
Canonnade sur tout le front anglais.
La contre-offensive italienne se développe dans les secteurs du Trentin.
Les Russes ont fait encore 35000 prisonniers portant leur chiffre total à plus de 107.000. Ils ont aussi capturé 30 canons.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button