Court reportage dans les tranchées, près du village de Cernay. Les tranchées commencent dans les faubourgs de Reims et traversent maisons et jardins pour arriver aux premières lignes sur le champ de bataille (les tranchées sont appelées « boyaux » dans les cartons). Une patrouille de soldats répare les lignes téléphoniques. Une porte protégée par des fils de fer barbelé doit interdire le passage de la tranchée en cas d’attaque. Les poilus jouent aux cartes, et se chauffent devant un brasero.
Sur la route de Cernay (près Reims)

Cliquez sur le lien ci-dessous puis sur la vidéo :

Européana 1914-1918
cernay1

cernay2

A cette époque le quartier « Europe » n’existe pas, la limite de la ville se situe au niveau des casernes « Jeanne d’Arc » situées sur le boulevard Pommery (aujourd’hui détruites). A la place c’est tout un réseau de boyaux qui mènent aux tranchées de premières lignes. A cet endroit on peut, à peu près situer le « No Man’s land », au niveau l’actuel autoroute A 34, qui mène dans les Ardennes. Par contre si l’autoroute se dirige ensuite vers le Nord-Est, la ligne de front elle, bifurque vers Bétheny à l’Ouest. Quant à la ville de Cernay-lès-Reims, elle est en zone occupée.

Merci à Thierry C.

 

 

Share Button