Cardinal Luçon

Jeudi 3 – Messe et allocution aux réfugiés, église de S. Michel. 11 y avait 3000 réfugiés rémois ou ardennais à Dijon; et 5000 dans la Côte d’Or. Retour a Paris.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

 

Jeudi 3 février

En Artois, lutte de mines aux abords de la route de Lille. Nous provoquons trois explosions dans les batteries ennemies de la région de Vimy.
Entre Avre at Aisne, notre artillerie disperse des convois (la ferme Sous-Touvent), et atteint un train (Lassigny).
Au nord-ouest de Berry-au-Bac, des troupes allemandes en mouvement ont été surprises par le feu de nos canons.
En Champagne, nous bombardons les ouvrages adverses au nord de Souain.
En Alsace, nous faisons exploser un dépôt de munition aux abords d’Orbey (sud-est du Bonhomme). Dans la région de Sondernach (sud de Munster), les Allemands ont enlevé un de nos postes d’écoute, qui leur a été repris ensuite.
Un zeppelin a bombardé Salonique, atteignant la préfecture grecque et la caisse générale de la Banque de Salonique. Il y a treize morts et quinze blessés.
Nous avons abattu un aviatik à l’ouest de Salonique, en capturant les deux aviateurs.
Le prince héritier de Turquie est mort. Les dépêches de Constantinople annoncent qu’il s’est suicidé, mais, selon toute présomption, ce prince, qui était hostile à Enver pacha et à l’Allemagne, a été assassiné.

Source : La Grande Guerre au jour le jour

Share Button