Louis Guédet

Mardi 7 décembre 1915

451ème et 449ème jours de bataille et de bombardement

7h soir  Temps assez beau dans la matinée, la nuit tempétueuse, et cet après-midi pluie diluvienne. J’ai pataugé toute cet après-midi pour mes dernières courses. Je viens de mettre tout en ordre et je suis prêt à partir pour demain pour la capitale. Je voudrais être déjà rentré. Reçu ce matin de meilleures nouvelles de mon Père. Je pars donc un peu plus tranquille.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

 Cardinal Luçon

Mardi 7 – Nuit tranquille. Rien.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mardi 7 décembre

Activité d’artillerie assez intense en Artois (Loos et Souchez ), entre Somme et Oise, où nos batteries ont atteint des convois à Fay et pris sous leur feu des troupes qui se déplaçaient à l’arrière du front.
Canonnade soutenue aussi en Champagne, de Saint-Souplet à Massiges, et en Argonne à la Haute-Chevauchée.
M. Asquith a déclaré aux Communes que le conseil des actions militaires s’établissait plus fortement entre les alliés.
On annonce que les Allemands auraient dépêché en toute hâte des renforts turcs en Mesopotamie. Ils seraient disposés à tenter un gros effort de ce côté.
Le maréchal Mackensen a adressé une proclamation au peuple serbe pour l’engager à rentrer dans ses foyers.
De nouveaux attentats pro-germains ont été découverts aux États-Unis. L’opinion s’y accrédite que le gouvernement de l’Union pourrait être entraîné à réclamer aussi le rappel du comte Bernstorff, ambassadeur d’Allemagne.
Le Pape a prononcé, dans un consistoire secret où il désigne de nouveaux cardinaux, une allocution sur la guerre. Il a dit que la paix ne pouvait résulter que de concessions mutuelles que se feraient les belligérants, après qu’ils auraient précisé leurs aspirations.

 

Share Button