Cardinal Luçon

Vendredi 2 – Nuit tranquille du 2 au 3.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Vendredi 2 juillet

Pas d’action d’infanterie dans le Nord, mais canonnade dans le secteur d’Arras.
A Dompierre, une de nos mines a bouleversé les éléments de l’organisation ennemie. Canonnade sur l’Aisne.
Il se confirme que l’attaque du 30 juin, menée avec une extrême vigueur, tendait à percer nos lignes dans l’Argonne. L’ennemi n’a pu atteindre nos premières tranchées qu’à raison du bouleversement causé par les projectiles de gros calibre et par l’emploi de gaz asphyxiants. Les Allemands ont été arrêtés grâce à la solidité de notre organisation et refoulés par des contre-attaques de notre infanterie, qui s’est établie sur un front distant d’environ 200 mètres des éléments détruits de notre première ligne. Le 2 juillet, deux nouvelles offensives ennemies ont été enrayées par notre artillerie.
Duel d’artillerie au bois d’Ailly, à Flirey et au bois Le Prêtre. Nous avons repoussé deux attaques sur les pentes du ballon de Guebwiller près de Metzeral.
Les Allemands ont échoué dans une tentative de débarquement à Windau, sur le littoral de la Courlande. Ils y ont perdu un torpilleur, qui a coulé sur une mine. Les Russes ont remporté plusieurs succès dans la région du Dniester.
Les Italiens continuent à garder la supériorité dans le Trentin : ils ont brisé deux assauts en Carnie, et progressent sur l’Isonzo.
Un sous-marin allemand a torpillé, près des îles Scilly, le steamer Armenian. Vingt matelots américains qui étaient à bord sont manquants. L’émotion est vive en Amérique.

Source : La Grande Guerre au jour le jour


 

ob_d379b2_adrien-perret-014
ob_50f1f6_adrien-perret-015
ob_3eda5f_adrien-perret-016
ob_3132b8_adrien-perret-017ob_1124b2_adrien-perret-018ob_ac04e9_adrien-perret-016b
4ème partie de l'histoire d'Adrien Perret - Documentation PH. Gauvain
Share Button