Louis Guédet

Mercredi 7 avril 1915 

207ème et 205ème jours de bataille et de bombardement

6h soir  La nuit dernière pluies torrentielles et canonnade furieuse du côté de Berry-au-Bac. Journée triste. La pluie commence à reprendre de plus belle, mes pauvres ruines sont changées, elles deviennent un lac. C’est la malédiction divine qui me poursuit, après le feu, c’est l’eau. Passage rayé.  Quel martyre. Je désire ardemment la fin de ce martyre, la mort même.

Impressions, Louis Guédet, Notaire et Juge de Paix à Reims. Récits et impressions de guerre d'un civil rémois 1914-1919, journal retranscrit par François-Xavier Guédet son petit-fils

Paul Hess

Très forte canonnade commencée vers 21 h, sur l’ensemble du secteur, devant Reims.

Pendant trois quarts d’heure, toutes les pièces d’artillerie crachent à la fois, comme en un concours de vitesse ; il en résulte un vacarme absolument épouvantables, paraît-il.

Rien entendu, je me réveille le lendemain matin, ayant très bien dormi.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Cardinal Luçon

Mercredi 7 – Nuit tranquille, sauf bombes vers 4 h du matin. Éclairs de canons du côté de Brimont. Bombes sifflantes à 11 h.

Visite à Roederer. Canonnade formidable, Projecteur, à 10 h.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

159_001


Mercredi 7 avril

A l’est de Verdun, nos troupes ont occupé le village de Gussainville et les crêtes qui dominent le cours de l’Orne. Au bois d’Ailly et au bois Le Prêtre, nous avons conquis de nouvelles tranchées. Nous avons également progressé au sud-est d’Hartmannswiller.
Il ressort d’une statistique officielle qu’à la date du 25 mars, l’armée allemande avait déjà perdu plus de la moitié de ses officiers.
Une escadre anglaise a bombardé Smyrne dont la reddition n’est plus qu’une question de temps.
Les Russes progressent toujours dans les Carpates où les Autrichiens se trouvent dans une situation critique.

Share Button