Reims 14-18 - Rien ne sortira de votre petit poilu Chère petite amie,
vous pouvez me confier tout ce que vous voudrez, rien ne sortira de votre petit poilu.
Je voulais vous demander, avez-vous reçu une photo ?
J’espère que dans quelques jours j’aurais une réponse me disant l’arrivée de ma petite photo.
Il me semble maintenant que bientôt je vais recevoir la vôtre, que vous m’avez promis.
Comme je languis.
Bien des choses à votre bonne Maman.
Votre petit Poilu qui vous embrasse de t
out cœur.
Paul

ob_616697_reims-dans-sa-w-800

Cette fois-ci, c’est un courrier du cœur, ou presque.
Idylle consommée ou amour naissant, toujours est-il que le vouvoiement est toujours de rigueur.
Est-ce la guerre qui a freiné le démarrage de cette amourette, ou une heureuse rencontre lors d’une permission ?
Je vous laisse imaginer la réponse et vous délecter de cette charmante lettre.

Un ton heureux et léger, qui contraste fort avec la photo de la carte. Encore une fois, il s’agit de la cathédrale incendiée suite aux bombardements allemands du 19 septembre 1914 (carte éditée en 1915, Reims dans sa deuxième année de Bombardement 1914-15).
On ne peut pas dire que ce soit le visuel le plus adapté pour conter fleurette !
C’est assurément le tragique résultat d’une guerre qui devient le quotidien. On ne s’habitue pas vraiment, mais on fait avec, avec fatalité, il faut continuer à vivre… et à aimer !

Laurent ANTOINE LeMog – AMICARTE 51

Share Button