A travers divers objets et documents, l’artiste Jean Bigot redonne vie au célèbre tirailleur sénégalais imaginaire, emblématique de tous les Africains venus combattre en France entre 1914 et 1918

Présenté en 2004 à l’Ancien Collège des Jésuites de Reims dans le cadre de l’exposition HOSTIES NOIRES, hommage aux tirailleurs sénégalais proposé par l’association CASCADE

Présenté à la Bibliothèque universitaire en octobre-novembre 2013

L’HISTOIRE
Mahmadou Diop, par Jean BigotMahmadou Diop est né près du fleuve Sénégal en 1895.
Âgé de 7 ans, il arrache une touffe de poils à la crinière d’un lion qui menaçait sa mère, après que l’animal se fut couché à ses pieds. Dès lors, l’enfant acquiert un statut particulier au sein de son village et de toute la colonie.
Lorsque la première guerre mondiale éclate, il est recruté comme tirailleur sénégalais puis embarqué pour la France. Très vite, il impressionne ses camarades comme ses officiers ; il semble deviner le danger et prédire les réactions de l’ennemi. Ses supérieurs n’hésitent bientôt plus à lui demander des conseils lors des assauts, et s’accommodent volontiers de ses gris-gris et autres rituels magiques.
Alors que le bataillon de Diop s’illustre lors de la libération de Reims, Monsieur Langlet, Maire de la Ville, veut rencontrer celui dont tout l’État major parle désormais. Les deux hommes feront quelques pas ensemble et le Maire, fort impressionné par le soldat, promet de lui offrir une parcelle de vignes aussitôt la paix revenue.
Après Reims, les batailles se succèdent, et malgré; une blessure, Diop garde son assurance et son sourire.
A la fin du conflit, le Maire de Reims tient sa promesse et le Champagne Mahmadou DIOP voit le jour en 1920…
Diop devient un personnage important de la vie Rémoise et épouse le 16 mai 1924 la belle Adèle Ramier qu’il avait rencontrée lors de son bref séjour à l’hôpital militaire.
Mais la nostalgie du Sénégal et des ancêtres est trop forte, il s’embarque donc pour l’Afrique le 12 février 1926 pour un voyage sans retour. Son bateau s’échoue en effet sur une plage de Mauritanie, et un seul passager manque à l’appel des secours : Diop, dont on ne retrouvera que les bagages…

Voir la suite sur le site de Jean Bigot

Share Button